Votre nouvelle inscription auprès de Spectrum Therapeutics est très importante pour nous. Veuillez noter que nous connaissons actuellement des volumes plus élevés que la normale en matière d’inscriptions de nouveaux clients. Ainsi, notre délai de traitement est légèrement plus long que d’habitude.  Nous vous remercions de votre patience durant cette période temporaire.

Votre inscription auprès de Spectrum Therapeutics est très importante pour nous. Veuillez noter que nous connaissons actuellement des volumes plus élevés que la normale en matière d'inscriptions de nouveaux clients. Ainsi, notre délai de traitement est légèrement plus long que d'habitude. Nous vous remercions de votre patience.

Bien-être

Le CBD et ascension à titre de médication

26 avril 2019 Spectrum Therapeutics

Au cours de la Grèce antique, on ajoutait depuis longtemps déjà du cannabis aux braises pour favoriser la détente. Ce n’est que plusieurs siècles plus tard que le Dr William Brooke O’Shaughnessy est devenu la première personne à introduire la plante à la communauté médicale européenne sous forme de médication possible.  

 

Au cours de ses recherches au XIXe siècle, le Dr O’Shaughnessy a découvert que le cannabis possède d’importants effets sédatifs et anti-convulsivants. Il utilisait la plante pour soulager la douleur associée aux rhumatismes (arthrite) et pour apaiser les spasmes musculaires des patients. En validant d’un œil médical cet usage populaire plus que centenaire, le Dr O’Shaughnessy a popularisé l’usage thérapeutique populaire du cannabis dans ses articles médicaux.

 

Lire son essai scientifique de 1843, On the Preparations of the Indian Hemp, or Gunjah: Cannabis Indica nous permet de nous émerveiller du temps qu’il aura fallu à la communauté médicale pour valider certaines de ses découvertes.  Par exemple, il rapporte avoir traité un enfant en bas âge souffrant d’un important trouble convulsif à l’aide d’un extrait alcoolique de « chanvre » (gunjah or C. indica); ce qui a grandement diminué les crises convulsives de l’enfant.

 

« L’influence de cette drogue dans le soulagement de la douleur était tout aussi manifeste dans les mémoires consultés. En ce qui a trait aux séquelles maléfiques faisant l’unanimité chez tous ces auteurs, ils ne m’ont pas paru si nombreux, immédiats, ou formidables, puisque plusieurs de celles-ci peuvent clairement être liées à un abus d’autres stimulants ou narcotiques puissants, d’alcool, d’opium ou de tabac. »

– William B. O’Shaughnessy, M.D.

 

Le Dr O’Shaughnessy a conclu que les cas qu’il a rapportés « constituent les bases de [sa] conviction qu’avec le chanvre, la profession a acquise un anti-convulsivant des plus précieux. »

 

Il faudra 175 ans avant que la communauté médicale ne tienne compte de ses prétentions visionnaires et qu’elle légalise les médicaments issus du cannabis.

 

 

Le chanvre et le CBD tombent dans le piège de la prohibition du cannabis

Au début du XXe siècle, des milliers de médicaments à base de cannabis étaient produits par près de 300 fabricants en Occident. Ceux-ci comprenaient des médicaments brevetés non réglementés (dont certains étaient dangereux) et de la publicité sur leur efficacité contenant allégations non fondées et souvent frauduleuses.


Ce phénomène avait provoqué la colère des autorités américaines qui décidèrent alors d’instaurer la Pure Food and Drug Act au début du XXe siècle, une mesure qui aurait mis le cannabis sur la voie de la criminalisation. Au Canada, un mélange de racisme, de propagande et de tactiques journalistiques alarmistes s’est mis en branle pour encourager la criminalisation du cannabis. Finalement, en 1923, la substance fut ajoutée à l’annexe des substances interdites du projet de loi visant à modifier la Loi sur les stupéfiants. Ces lois ont restreint les recherches plus poussées et ont empêché l’application du cannabis à des fins médicales tout au long du siècle.

 

La FDA approuve le premier médicament issu du cannabis pour soulager les troubles convulsifs juvéniles.

Ce n’est qu’en 2018 que la FDA américaine a approuvé le premier médicament d’ordonnance issu du cannabis. L’Epidiolex est une solution orale de 100 mg/ml de cannabidiol utilisée dans le traitement de deux formes d’épilepsie juvénile pharmacorésistantes. Les enfants atteints de ces troubles; le syndrome de Dravet et le syndrome de Lennox-Gastaut, peuvent souffrir de plusieurs crises convulsives par jour. Le CBD a, dans plusieurs cas, offert un soulagement en diminuant considérablement la fréquence des crises convulsives. Compte tenu de ceci, et de l’intérêt général face au CBD comme outil thérapeutique, il existe un besoin pour de grandes quantités de ce cannabinoïde.

 

Une bonne source de CBD qui sera bientôt exploitée est le chanvre, une variété de Cannabis sativa ne contenant que de faibles quantités de THC. Cette absence de THC a été l’un des facteurs permettant l’adoption du Farm Bill du gouvernement américain en décembre 2018; ce qui a permis de retirer le chanvre de la Controlled Substances Act. Le chanvre peut maintenant être cultivé et traité aux États-Unis pour toute fin commerciale. Cela fera augmenter de manière importante la production commerciale de chanvre et, par conséquent, la production d’huile de CBD. (En janvier, Canopy Growth a reçu un permis de culture du chanvre de la part de l’État de New York et a annoncé qu’elle créerait des opérations commerciales aux États-Unis.)


L’histoire du CBD comme agent thérapeutique adopté par la profession médicale semble s’être bouclée depuis le travail commencé par le Dr O’Shaughnessy.

 

Références

O’SHAUGNESSY W B., “On the preparations of the Indian hemp, or Gunjah (Cannabis Indica).” Provincial Medical Journal, vol. 123, 1843, p. 363 à 369.

Ce site Web utilise des cookies afin de reconnaître votre ordinateur ou votre appareil, dans le but de vous offrir la meilleure expérience utilisateur qui soit et pour améliorer ses fonctions. Vous pouvez les désactiver à partir de votre navigateur. Toutefois, certaines fonctions du site ne vous seront plus disponibles. Pour lire l’énoncé en matière de protection des informations personnelles de notre site, cliquez ici.